DIATRIBES Augustus

DIATRIBES Augustus
DIATRIBES Augustus

Diatribes
Augustus

Cyril Bondi: floortom, objects, etc
d’incise: laptop, objects, etc

Duration 38’33

Download (FLAC, MP3 & OGG) 8€
Printed edition (ship. incl.) + Download 12€
Support/Donation price (Edition+Download) 20€

Also available at Bandcamp (if you’re in hurry).

The printed edition A3 insert contains a collage by Monsieur Connard.

The swiss duo formed in 2004, and after recording in many different formations, finally releases its first strict duo album. From their experiences on the European improvised music scene, they wished to step slightly outside of this and build something perhaps more personal and rooted in more obscure references. The music arising from this process is a single piece with its own logic, with fixed elements, a guide­line within which the duo is playing, meeting at points in time and at pitches, perfectly placed drones, vibrating textures, recurrent objects and signatures, hissing waves, the whole derived by its frenetic yet very controlled energy. Static but only in appear­ance, ritual but yet rational.

If you already have a download code, visite this page.

INSUB.records
N°2 / November 2013

more about Diatribeswebfb

http://www.insub.org/images/wire_diatribes_w.jpg

Richard Pinnell / The Wire

A return to action by Mssrs. Cyril Bondi (floortoms, objects) and d’incise (laptop, objects). The enclosure is a quasi-symmetrical collage that includes the visages of Feldman, La Monte Young and, I think, a young Steve Reich though I don’t hear much direct influence. The again, a chair dragged across a floor–possibly! Though the single piece feels improvised, there are apparently agreed upon way stations in place, boundaries to remain within, which likely account for the cohesive structure. The duo has a very granular, particulate sound–I always have the impression of people scurrying through a floorspace densely strewn with detritus–though this is leavened here by accordion-like tones, presumably laptop-generated. Indeed, much of the piece offsets those long tones against the grinding, growling clatter created by Bondi and it’s a good contrast, though Bondi gradually ends up bowing (?) an object to more or less match d’incise. The notes describe it as « ritual but yet rational » and that’s not bad. You do get the sense of some ulterior, non-musical motivation going on, an air of darkness and mystery that goes a long way toward making the outing a successful one.
A solid set, one of those that I imagine would have been great fun to experience live but it’s plenty good here.
Brian Olewnick / Just Outside

« It’s an interesting work with deep end bass sounds, which might be coming from the floortom, or straight outta the laptop. It moves with great slow speed over the land and sometimes it seems to be losing a bit of edge, but it works well as a steady stream of sounds. A fine mixture of acoustic and electronic sounds, and sometimes it’s hard to differentiate between the two, which I think is the best thing about this release » Frans de Waard / vitalweekly909

Après plusieurs dizaines de publications digitales et quelques éditions matérielles, le netlabel insubordinations tente une nouvelle formule éditoriale, à présent sous le nom d’insub. On a tous entendu parler de la crise du disque, on y croit ou non, on se questionne ou pas, on s’y intéresse ou non, mais quoiqu’il en soit, tous les acteurs de la musique semblent touchés à un certain degré : ce pourquoi on en est arrivé à des publications digitales gratuites, puis payantes, ou au retour à des objets fétiches (vinyles, cassettes) ainsi qu’à des pochettes et livrets de plus en plus proche de l’oeuvre d’art.  Cyril Bondi et d’incise se préocccupent de ces questions éditoriales et proposent avec la collection insub une réponse originale. Dorénavant, ce qu’on pourra acheter sur ce label, ce seront soit des téléchargements payants, soit et surtout une édition mi-virtuelle mi-matérielle puique insub édite des petits coffrets sérigraphiés au format A6 qui contiennent un livret (avec les informations classiques, des interviews, des partitions, des collages, etc.) et… un bon de téléchargement., la musique en elle-même étant dans un format numérique et virtuel.
Pour l’instant, cette série a débuté avec la publication de compositions d’Hannes Lingens, et d’une longue improvisation de Diatribes, duo composé de d’incise< à l’ordinateur et aux objets, et de Cyril Bondi à la grosse caisse et aux objets (embouchure de trompette, melodica, etc.). Durant ces quarante minutes diatribes propose une pièce plutôt calme et linéaire, avec une intensité toujours égale à elle-même, un volume moyen constant et une absence de rutpure. Dit comme ça, on pourrait penser qu’il s’agit de drone et pourtant pas du tout (même si cette pièce est composée d’un certain nombre de drones). Diatribes utilise de nombreux éléments soniques (des notes de mélodica, des objets métalliques frottés sur la grosse caisse, des drones très bas à l’ordinateur, des nappes, des bruits blancs et de nombreux sons et bruits variés), des éléments qui s’ajoutent et se retirent subtilement sans jamais modifier la dynamique. Pour Augustus, Cyril Bondi & d’incise ont su créer une musique fine, constante, belle (et même harmonieuse parfois). Augustus ressemble à une improvisation rectiligne très rigoureuse, mais en même temps, elle ne cesse d’évoluer sur des territoires soniques différents qui se répètent et s’oublient.
Une longue pièce vraiment surprenante pour sa linéarité très précise, une linéarité pourtant constituée d’une multitude d’interventions très différentes. Très minimaliste dans la forme, c’est au contraire plutôt maximaliste et très riche dans le contenu. Très beau travail en tout cas.
«  »During these forty minutes diatribes offers a rather quiet and linear piece, with an intensity always equal to itself, a constant average volume and no rutpure . Said like that , one might think that is drone music and yet not at all ( although this piece is composed of a certain amount of drones ) . Diatribes uses many sonic elements ( melodica tone, metal objects rubbed on the bass drum, low drones by the computer , constant sound , white noises, and many and varied sounds ) , elements that subtly come and withdraw without changing the dynamics . For Augustus , Cyril Bondi & d’incise have created a beautiful, delicate , constant music (and even harmonious sometimes ) . Augustus looks like a very rigorous straight improvisation, but at the same time it keeps evolving on different sonic territories that are repeated and forgoten.
A long piece really surprising for its precise linearity, linearity yet consisting of a multitude of very different interventions. Minimalist in the form, on the contrary rather maximalist and rich in the content. Very nice work anyway. «  »

Julien Héraud / Improv-sphere

It is entirely fitting that a Diatribes recording is one of the first releases on INSUB records, as the duo’s members, Cyril Bondi and D’incise (a.k.a. Laurent Peter), are the curators of INSUB and—individually and collectively—have also been prolific contributors to Insubordinations since 2006. However, although Diatribes have collaborated with many artists on Insubordinations recordings, Augustus is the first release by the duo alone. On the album’s one thirty-eight minute track, « Augustus, » the combination of Bondi’s floor tom and objects with D’incise’s laptop and electronics creates the kind of detailed soundscape that has supported and accompanied others before. Here, the significant difference is that the two of them are only concerned with their own playing, no-one else’s, and can react to each other without distraction.
One of the most noteworthy aspects of the piece is the extent to which the two understand each other, the result of playing together since 2004. The resulting music lies somewhere on the spectrum between electroacoustic improvisation and drone, having more structure and repetition than is commonly heard in the former but too much variety and surface detail for the latter. The piece evolves slowly, with sounds seeming to be repeated and prolonged so they can be savoured both by the players and the listener, but it does evolve and change as new sounds enter the field. Particularly noteworthy and effective are the booming low frequencies—at times reminiscent of a didgeridoo drone—which provide a well-chosen contrast and complement to higher frequency scrapings and hiss. A well-constructed piece. The future looks bright for INSUB.
John Eyles / All ABout Jazz

Le second album, dont la virtualité ne troublera pas vos oreilles, surtout si vous consultez parallèlement le superbe poster glissé par D’Incise dans le fameux boîtier prétexte, documente précisément la musique de l’audioactiviste et de son alter ego, le percussionniste Cyril Bondi. Diatribes – ainsi s’intitule le duo – n’en est pas à son coup d’essai ! On se souvient notamment d’ »Eyes of newt », gravé en compagnie du guitariste Abdul Moimeme sous le nom de Queixas, ou de « Lisboa », capté pour Creative Sources avec les Rodrigues père et fils et la pianiste Lisa Ullén… En fait, si l’on tient compte de toutes les sessions with friends, le duo ne devrait pas être loin de ses vingt-cinq parutions depuis 2005, ce qui, au choix, peut laisser admiratif ou perplexe…
En ce qui me concerne, et même si je n’ai pas tout entendu, loin s’en faut, cela me rendrait plutôt joyeux ! En effet, D’Incise fait partie de ces quelques activistes forcenés dont la planète Impro ne regorge pas tant et ses choix esthétiques, généralement orientés vers la nuance et la subtilité, contrebalancent avantageusement le tumulte ordinaire des productions noise et le minimalisme anorexique de tout un pan de la scène électro. Derrière son système original et près du floor tom de son ami Cyril Bondi, l’homme aux longues dread locks n’est pas loin d’explorer un univers à ce point personnel que Diatribes pourrait bien s’avérer l’un des groupes les plus novateurs de toute cette frange bruitiste.
Le présent enregistrement, une fois de plus, en fournit la preuve éclatante. « Augustus », dont le titre évoque déjà la chaleur et la lumière, est une pièce unique de quarante petites minutes au cours desquelles l’ambiance évolue peu à peu de la confusion vers la clarté, oscillant entre l’angoisse et l’espoir en fonction de variations dont l’amplitude détermine une plus ou moins grande tension. Le paysage grésille de présences indéfinissables dont la provenance multiple nous laisse imaginer ce que pourrait en donner la diffusion sur un acousmonium plus sophistiqué que notre simple stéréo. Il y a là des frottements épars, des craquements subits, des souffles et des sifflements que ponctuent les frappes distinctes du percussionniste : résonances cuivrées, tintements métalliques, caresses boisées ou crépitements minéraux. L’atmosphère fourmille d’une activité organique dont on peine à comprendre le dessein et la situation. Cernés de toute part, environnés de signes dont on ignore s’ils sont amicaux ou synonymes de danger, notre perception s’aiguise à mesure que se meuvent les fantômes et que se peuple notre voisinage. Et, si reconnaissables soient-elles, les percussions de Cyril Bondi ne nous offrent non plus aucun repère tant elles se mêlent à la masse protéiforme du panorama électronique dont les perspectives semblent devoir se multiplier à l’envi…
Au cœur de cette prolifération vibratoire, forêt aveugle où nous buttons sur des racines rugueuses, nous cognons à des troncs immobiles ou nous prenons les mains dans les fougères diffuses de sonorités enchevêtrées, apparaissent régulièrement, puis de plus en plus souvent, les rayons transparents d’une mélodie monocorde, mais inscrite dans l’échelle tempérée. Souffle distillé, peut-être, par les lames d’un accordéon ou d’un harmonica, ces lignes traversent le feuillage luxuriant et dégagent des clairières dont la luminosité vient tempérer l’ombre voisine. D’Incise et Cyril Bondi substituent ainsi la clarté limpide d’une ligne musicale au foisonnement des machines et des percussions, traquant jusqu’à l’épure les manifestations d’une atmosphère saturée pour achever dans l’élégance et la simplicité du trait leur voyage aux frontières de l’intempérance.
« Augustus » apparaît donc comme un nouvel exemple de la maîtrise incontestable de Diatribes qui dicte ses lois aux climats et impose sa quiétude aux paysages comme aux hommes qui les contemplent. Sculptures acoustiques, tableaux à écouter, ces deux musiciens prolifiques traitent définitivement le son à la manière de plasticiens conscients de leurs capacités à tracer des mondes nouveaux et, sans doute, meilleurs. Qu’ils ne s’en privent pas !
Joël Pagier / improjazz

Et voici le deuxième titre de cette série, le premier album “solo” du duo Diatribes: Cyril Bondi au tambour et aux objets, d’incise à l’ordi et aux objets. Ce duo de percussionnistes (d’abord et avant tout) roule sa bosse depuis un bon bout de temps, et ils vivent des fascinantes aventures. C’est donc avec des attentes élevées que j’ai abordé ce disque, constitué d’une seule improvisation de 38 minutes. Attentes comblées, m’empressai-je d’ajouter. Une musique riche, qui mêle calme et tempête, presque-silence et boucan, et qui passe plusieurs états d’âme. Symphonie d’objets et de sons hétéroclites, dont le mode d’itération perd rapidement de son importance à mesure qu’on se trouve happé par le discours sonore de ces deux grands conteurs de l’abstrait.
And this is the second title in the series, the first “solo” album by the percussion duo Diatribes: Cyril Bondi on floor tom and objects, d’incise on laptop and objects. This duo has been around for a while, and they have been having fascinating adventures, so I approached this album – a single 38-minute improvisation – with high expectations. Well, expectations met! Rich music that ranges from calm to storm, from near-silence to full-on racket, with several intermediate states in-between. A symphony of diverse objects and sounds whose origin quickly becomes irrelevant as we get sucked into the narrative of these master storytellers of the abstract world.
François Couture

« Augustus » par ses accumulations obsessives et délicates de matériaux électroacoustiques et ses drones vibrants « matérialise » une certaine angoisse tout en devenant une arme pour la surmonter loin de tout effet cosmique superfétatoire. Les fomenteurs ( Cyril Bondi et de d’incise) de ce qui pour beaucoup sera considéré comme un ovni musical continuent leur exploration de la simplicité entamée par leur collaboration dès 2004. Le duo crée des sensations subtiles à travers des principes sonores ou structurels strictes. Surgit le mélange de multiples approches. Notes douces et pulsations plus énergiques créent une sonorité particulière. Les deux improvisateurs nourris de freejazz, noise, de musique concrète retrouvent là une création plus intime et épurée à travers des « durations » mystérieuses et délétères juste ce qu’il faut.
Prolongeant des expériences antérieures au sein de leur duo comme en solo ou en collaborations diverses (dont Bertrand Gauguet, Robin Hayward, Dominic Lash, Derek, Barry Guy, Keith Rowe entre autres) la musique expérimentale se détourne des syndromes post-apocalyptiques chroniques. « Cosa mentale », l’opus s’efforce d’oublier le passé sans bannir des rêves d’avenir serein. Dans une dialectique fragile, parfois un faisceau d’épingles sonores déchire le silence, parfois des volutes se contentent de le ponctuer. Tout est habilement maîtrisé par les deux Robinson suisses du nouveau millénaire. Ici et là-bas jouent ensemble avec profondeur et fascination. Le son devient trace, instant, mesure : ce qui semble se perdre revient par effets d’anneaux et de flots entre le fermé et l’ouvert, ils aèrent le monde d’une profondeur qui a pourtant l’épaisseur apparente d’une nappe sonore.

Jean-Paul Gavard-Perret

Вокруг этого швейцарского дуэта вращаются лейбл и сообщество Insubordinations и только что отпочковавшийся от него новый подлейбл, на котором и вышла представленная запись. Diatribes – это человек под псевдонимом d’incise и Сирил Бонди (Cyril Bondi), первый играет на лаптопе и объектах, второй на напольном томе и опять-таки объектах. Современаая импровизационная музыка, тяготеющая к длинным звукам, стремящаяся вписать электронные звуки в акустические и наоборот. Вообще, у Diatribes полным-полно записей, вдвоём или с приглашёнными музыкантами, их работоспособность всегда радует.
Долго они не раскачиваются, с самого начала сооружая плотное звучание за счёт низкочастотных синусоидальных волн, различных скрежетов объектов и раскатистых звуков тарелки (или гонга?). А дальше… Diatribes просто находятся в этом звуке, привнося новые элементы или удаляя надоевшие с дотошной скрупулезностью и безусловным мастерством. Они играют ненавязчиво, словно пытаясь отойти в тень настолько, насколько это возможно. Это у них получается, запись можно поставить и начать заниматься своими повседневными делами, изредка обращая внимание на чуть изменившуюся фактуру. По этой же причине не рекомендую слушать альбом в наушниках, теряется часть ауры музыки, а ты начинаешь обращать внимание не только на всё целое, но и на детали, которые здесь не очень-то важны, но которые могут отвлечь.
Ilia Belorukov / cmmag