Mardi 30 / 22h
Ensemble UN (Bordeaux/F)
«The Coast» de Lionel MARCHETTI, «Attentat» de David CHIESA, «3LS4» de Mathias PONTEVIA.
www.unensemble.net

Laurie Batista (voix) – Tanguy Bernard (soubassophone) – Benjamin Bondonneau (clarinettes contrebasse et Bb) – Eric Camara (contrebasse) – Patrick Charbonnier (trombone) – David Chiesa (cadre de piano) – Paolo Chatet (trompette) – Thomas Lachaize (saxophones) – Juliette Lacroix (violoncelle) – Guillaume Laidain (synthèse analogique) – Didier Lasserre (caisse claire et cymbales) – Johann Loiseau (flutes, petites percussions) – Johann Mazé (batterie) – Mathias Pontevia (percussions) – Kristof Ratier (clarinette basse) – Jean Marc Reilla (synthèse analogique, électroniques) – Jean Rougier (contrebasse) - Frédéric Roumagne (guitare électrique) – Claude Saubole (guitare acoustique) - Julien Sellam (violon) – Stéphane Torré Gruéba (harmonium indien et voix)

Né sous l’impulsion du contrebassiste David Chiesa, l’Ensemble UN regroupe des musiciens dont le travail individuel se focalise sur l’instrument et ses ressources sonores potentielles. Dédié aux formes musicales novatrices par l’engagement d’un dialogue avec les compositeurs articulé autour de réflexions communes et d’explorations de matériaux sonores à disposition, l’orchestre s’invente un son propre, ouvert, riche de la diversité timbrale et de la singularité du parcours de ses membres.


http://unensemble.net/wa_7_p/pa_25khs05453qgr8d/big__DED3550.jpg?1gbl78jug89s2v

« Le UN est un orchestre composé de 24 musiciens, né en décembre 2012 sous l’impulsion du compositeur, improvisateur et contrebassiste David Chiesa. Le projet de cet orchestre est de se consacrer aux formes musicales et sonores novatrices. Préférant l’étiquette de musique d’aujourd’hui à celle de musique contemporaine (celle-ci incluant la musique du XXème siècle alors que l’orchestre s’emploie à ne travailler uniquement que celle qui se crée maintenant), le UN engage une reflexion commune avec des compositeurs qui ont la possibilité d’explorer toutes sortes de matériaux avec des musiciens dont le travail individuel s’est porté sur une exploration de l’instrument et de ses ressources sonores potentielles.

Si le UN peut se saisir de ces formes compositionnelles, expérimentales, c’est que les musiciens qui le composent viennent d’horizons musicaux très différents et que leur ouverture à la musique les a fait se rencontrer. Ils empruntent des itinéraires artistiques exigeants et très variés, engageant une virtuosité qui leur est propre et dont le propos est ancré dans la création actuelle. Loin des chapelles esthétiques et dans une non hiérarchisation des savoirs, l’Ensemble UN invente une musique, un son qui lui est propre. Sa particularité repose sur la capacité qu’ont ses membres à appréhender ces nouvelles écritures avec un bagage musical personnel. Cette richesse des timbres est peu ou pas entendnue dans le répertoire classique contemporain.

Le projet du UN ne se cantonne pas d’aborder uniquement l’univers musical. Fort des collaborations de quelques uns de ces membres avec des idiomes croisés tels que la danse, l’image ou la lumière, l’orchestre entend mener des projets de création avec ces pratiques dans une relation intime de composition entre ces matériaux. Nous ne voulons pas composer pour / mais avec, dans une compréhension mutuelle des préoccupations intrinsèques à chacun de ces médias. Comme J. Cage et M. Cunningham ont pu le faire en leur temps, comme le font encore Michèle et Patrick Bokanowski ou encore Anthony Mc Call, nous voulons poursuivre ces recherches non pas dans la trace de ces artistes immenses, mais dans notre contemporanéité avec des artistes qui s’interrogent encore sur ce que sont ces relations entre le son, le geste, les photons. Ancrés dans notre présent, nous ne sommes pas l’avant-garde, nous sommes la garde. Nous ne sommes pas en avance sur notre temps, nous sommes dans le temps. Nous inventons des espaces d’échanges sur ces pratiques, nous questionnons notre rapport au collectif et notre individualité. Faire un grand orchestre, le travailler, ne pas hiérarchiser les savoir à l’intérieur de celui-ci, mais justement prendre en compte chaque individu pour ce qu’il peut apporter, ça ne s’apparente pas à de la mégalomanie mal placée. Multiplier les individus et confronter leurs pratiques entre elles, ce n’est pas faire du grandiose, c’est étendre nos capacités d’écoute et de compréhension.
Le UN n’attend pas pour faire, il écoute, et il fait. »